✈ Uluru – Ayers Rock en Australie

Uluru, appelé aussi Ayers Rock, est un imposant monolithe de10 kilomètres de circonférence, 30 mètres de hauteur qui se trouve  dans une région aride nommée  Red Centre, dans le Territoire du Nord, en Australie. Alice Springs, la grande ville connue en est  à 450 km.

Ce monolithe se niche en  plein cœur du parc national d’Uluru Kata Tjuta, appelé  le cœur rouge, « Red Centre ». On y trouve aussi également les 36 dômes de roches rouges de la formation de Kata Tjuta. Vous en entendrez parler sous le nom « les Olgas ».

Vous aurez devant vous un spectacle impressionnant et très majestueux, malgré l’environnement désertique.

 Uluru est aussi et surtout un site ancestral, riche de culture aborigène et de spiritualité.

Vous allez pouvoir choisir votre moyen de locomotion, la palette est large, depuis les airs, en hélicoptère ou en montgolfière, sur le sable avec une Harley Davidson, sur le sable aussi sur le dos d’un chameau. Faites le tour, admirez le aux lever et coucher de soleil. Imprégnez vous de son étonnante noblesse. Et aussi respectez ce site aborigène empli d’histoire et de croyances.

C’est l’icône emblématique du pays, c’est un rocher de grès vieux de plus de 500 millions d’années, qui par miracle n’a pas subi l’érosion habituelle, grâce à sa composition d’arkose.

Le spectacle est animé, car en fonction de l’heure et de la puissance du soleil, la montagne change constamment de couleur. C’est complètement magique.

L’escalader, c’est enfreindre les traditions et les croyances indigènes… Vous devrez vous satisfaire de vos yeux, vous êtes devant un site sacré de certains peuples aborigènes d’Australie. Vous y découvrirez des peintures et dessins rupestres  qui témoignent de la vie ici depuis au moins 30.000 ans.

Quelques précisions sur ces croyances:

Un des itinéraires du Tjukurpa traverse le rocher d’Uluru. Pour les Anangu, le « Temps du rêve » désigne la période correspondant à l’époque où le monde a pris forme.

Pour cette philosophie religieuse traditionnelle, c’est à cette époque que les mythiques ancêtres Tjuritja, mi-hommes mi-animaux, ont érigés les lois des « sociétés » aborigènes.

« Le Tjukurpa propose une interprétation du paysage actuel, de sa flore, de sa faune et des phénomènes naturels qui l’affectent en fonction des voyages et des activités des ancêtres, et relie ainsi les êtres humains sur les plans social, spirituel et historique, au paysage », détaille l’Unesco, qui a inscrit à double titre le site au patrimoine mondial de l’humanité en tant que biens naturel et culturel.

En 1985, le Parc  est finalement « rendu »  aux aborigènes et ils le « re nomment »  Uluru-Kata Tjuta.

Les Anangu le gèrent aujourd’hui, en relation avec les agents gouvernementaux du Parc national. D’après ses propriétaires,  la montagne a transmis à ceux qui veillent aujourd’hui sur elle un message important.

Les sages s’étant réunis dernièrement  ont affirmé « après avoir parlé avec les esprits,et entendu  que  la montagne était en colère et ne supportait plus qu’on escalade ses pentes. »

 « La montagne réclame le silence et veut  redevenir sacrée. »