Oman



Quand partir à Omam

omanEtat du sud-est de l’Arabie, limité par la mer et le golfe portant le même nom que lui, le Sultanat d’Oman était auparavant un pays assez secret pour être peu connu du reste du monde mais il est devenu l’une des destinations privilégiées des voyagistes.

Son climat est favorable pour un voyage entre les mois d’octobre et de mars, l’ensemble du pays affiche alors une température tempérée.

Divisé en trois zones climatiques, de type méditerranéen au nord, tropical au sud et désertique au centre, les différentes régions offrent un climat propice au voyage tout au long de l’année à condition de bien choisir sa destination.

À éviter cependant : les mois de mai à août qui réservent de fortes pluies de mousson au sud et une chaleur dans la région nord qui frôle la canicule.

Que voir et que faire à Oman

Récemment aménagé pour accueillir le tourisme de masse, le Sultanat d’Oman est riche en attractions touristiques, dans un environnement varié.

Mascate, la capitale, dont les trois principales circonscriptions sont Mutra, Ruwi et Mascate, est la ville incontournable des touristes. Une promenade dans les quartiers résidentiels et des achats exceptionnels dans le souk le plus réputé de cette partie du globe font de Mutra une itinéraire unique. Ruwi avec ses musées, le Musée National et ses argenteries, le Musée des forces armées du sultan, est fait pour les amateurs de musées. Mascate, dans laquelle se dresse le principal palais du Sultan, captive l’attention des visiteurs avec le Musée d’Oman qui est le tuteur d’une histoire de 5 000 ans de sultanat.

Salala, la prochaine ville à visiter, offrant chaleur en plein automne, est le berceau archéologique du pays. Cité portuaire de Zafar dans les XIè et XIIè siècles, elle cède la place aux ruines d’Al-Balid. Mais aussi, longeant le Mughsail, de belles plages de cette région du Sud omanais frappent par leur beauté. Nizwa, abritant un fort vieux de quatre siècles, chef-d’œuvre du sultan ibn Saif, et le souk très animé de la région, mérite une visite. La côte nord du pays, celle de Batina, scène de la condition des richissimes omanais, dispose de lieux touristiques dignes d’intérêt avec une source, celle d’A’Thorwara, aboutissant à un ruisseau et une oasis : le charme d’une nature. Sûre, accessible en bus, archétype de la région côtière idéale, paisiblement accueillante, la ville préserve des forts, un musée, celui de la Marine, et représente également le lieu où bateaux de pêche artisanaux voient le jour.

L’authentique désert rouge de Wahiba propose presque 200 km de dunes aux couleurs orangées où il faut tout de même des mains expertes pour pouvoir maîtriser le volant d’un tout-terrain. Amoureux de la nature et de la faune sauvage, vous découvrirez également l’oryx d’Arabie, le loup, le hyène rayé et le léopard, ainsi que des espèces aquatiques comme les tortues de mer géantes qui sont des races protégées par le sultanat mais qui sont parfaitement observables dans les réserves.

Oman en pratique

Pour se rendre à Oman, il est préférable de débarquer à Mascate. le visa est accordé au maximum pour un mois. Les compagnies qui assurent la liaison entre les villes européennes et la capitale du Sultanat d’Oman opèrent surtout dans l’aéroport international de Seeb. Des hôtels cinq étoiles et d’autres établissements sont accessibles et Mascate, du côté de Mutra, dispose de plusieurs formules en hébergement avec des prix plus que raisonnables selon les options recherchées. De même pour la restauration, Ruwi est parsemé de bons petits restaurants dont les tarifs sont assez modérés.

Attention : de nombreux commerces et maisons de service, restauration y compris, sont inaccessibles pendant le Ramadan.

Pour être bien assuré en matière de santé, en plus des médicaments classiques de la boîte à pharmacie, veillez à vous protéger contre le paludisme, maladie typique des pays tropicaux est en recrudescence pendant les saisons de pluie.

Le Sultanat d’Oman étant un pays fortement imprégné par la religion musulmane, quelques règles doivent être retenues et il vaut mieux s’y soumettre : il est par exemple défendu de boire de l’alcool en dehors des établissements autorisés. Pendant le Ramadan, ceux qui sont surpris en train de manger, de fumer et de boire en public sont appréhendés. Prendre en cliché des femmes omanaises sans autorisation n’est pas permis, de même pour les établissements publics, les prises en photo sont formellement proscrites. Le port de vêtements trop suggestifs ou émettre des propos diffamatoires est bien entendu à éviter.

Répondre