Sri Lanka



Quand partir au Sri Lanka

Sri lankaLongtemps considérée comme une simple péninsule de l’Inde, le Sri Lanka est en réalité un véritable petit Etat qui possède son histoire, ses cultures et bien d’autres trésors cachés. Avec une position géographique quasi-équatoriale, l’île jouit d’un climat chaud et tempéré à 20°C tout au long de l’année, rythmé par un régime de moussons. Deux saisons existent au Sri Lanka : celle du Yala qui dure de mai à fin août où l’humidité est au maximum du fait de la grande mousson et celle du Maha qui correspond à la petite mousson et qui dure d’octobre à fin janvier. Le climat varie en fonction de la région où on se trouve. Pour la côte sud-ouest par exemple, le moment idéal serait situé de janvier à mars. Tandis que de mars à septembre, il vaut mieux aller sur la partie nord-est. Par ailleurs, les périodes de mousson sont à éviter à cause des orages et des pluies qu’elles apportent.

Que voir et que faire au Sri Lanka

Une bonne partie du Sri Lanka est restée à l’état sauvage, d’où la présence de nombreuses espèces animales et végétales uniques qu’on ne trouve que sur l’île. La forêt tropicale abrite une grande variété d’arbres comme l’ébène et le teck, ainsi que des espèces rares d’orchidées et quelques plantes médicinales. Des animaux de toutes sortes vivent au Sri Lanka dont des éléphants, des léopards, des macaques, des poissons dont les fameux poissons colorés, et même des reptiles représentés principalement par les crocodiles et les serpents venimeux. Le pays possède 12 parcs nationaux dont seulement 4 sont ouverts au grand public. A cause du nombre important d’espèces rares que ces réserves abritent, l’un d’entre elles, la Réserve forestière de Sinharaja a même été classée patrimoine mondial par l’UNESCO. Chacune des villes du pays possède également son petit lot d’activités. A Colombo, la capitale, vous pourrez visiter le Fort qui est le cœur de la ville avec ses banques, ses restaurants et ses boutiques de luxe. Les autres endroits de la ville à ne pas manquer sont le parc de Viharamahadevi, le Cinnamon Garden et la Clock Tower, qui est l’actuel palais présidentiel. La plus grande prudence est nécessaire à l’égard des escrocs et des rabatteurs qui sont très attirés par les touristes. Si vous avez l’occasion de passer par la ville de Kandy, ne manquez pas son jardin botanique qui est l’une des étapes obligées de la cité. Le pic d’Adam est un lieu sacré depuis des décennies et de nombreux pèlerinages y on lieu tout au long de l’année. Contrairement aux autres îles touristiques, les plages sri-lankaises ne sont pas très propices aux baignades à cause d’une houle très forte. Par contre certains sports comme le surf ou la plongée sous marine sont très pratiqués aussi bien par les habitants que par les visiteurs.

Le Sri Lanka en pratique

Entre les maisons d’hôtes, les bungalows et les hôtels, les visiteurs n’auront que l’embarras du choix pour se loger au Sri Lanka. Les prix vont de 8 à 10 euros pour les petits hôtels, 10 à 22 euros pour les chambres de la catégorie moyenne et 70 euros ou plus pour les grands hôtels. Il est conseillé de ne changer ses devises qu’à la banque et de garder les justificatifs de transaction pour pouvoir les revendre à l’aéroport lors de votre départ. Il faut également vous attendre à payer plus cher que les natifs pour tous vos achats, par contre il vous sera toujours possible de négocier les prix.

Concernant les risques sanitaires, la maladie la plus courante au Sri Lanka est la fièvre dont les variantes les plus connues sont la dengue, le chikungunya et le paludisme. Il est plus que conseillé de se munir de produits anti moustiques comme les moustiquaires ou les crèmes. En cas de dengue, éviter de prendre de l’aspirine et préférer le paracétamol ou consulter un médecin. Il existe également des risques liés à l’eau, il faut donc éviter de boire l’eau du robinet et toujours consommer des aliments cuits. Certaines régions de l’île sont déconseillées aux touristes à cause des nombreuses confrontations armées qui y ont lieu. La piraterie maritime est très fréquente dans les eaux territoriales sri-lankaises, les plaisanciers doivent donc faire preuve d’une grande prudence. Les tsunamis constituent les seuls risques naturels qui menacent le pays, dont le plus meurtrier fut celui de 2004.

Les déplacements ne peuvent se faire que par voie routière et par voie ferroviaire. Prendre la route est généralement un choix très risqué bien que les axes routiers soient dans un état moyen. En plus de la conduite à gauche, les principaux dangers proviennent des autres usagers de la route, comme les cyclistes qui sont très nombreux ou encore les animaux qui peuvent bloquer le passage. Il est plus avisé de recourir aux services d’un chauffeur local. En plus de vous faire voir du pays, le train peut s’avérer très pratique et sûr pour des petits trajets.

Répondre