Ecosse



Quand partir en Ecosse

EcosseLe climat écossais est océanique, tempéré par des courants « tièdes » remontant le long des côtes.

Il y pleut souvent et fréquemment très fort, principalement sur le nord-ouest du pays. Ce n’est d’ailleurs pas innocent si l’on raconte que les écossais ont inventé le kilt pour ne pas avoir à mouiller leurs bas de pantalon !

Si les températures torrides d’Edimbourg atteignent facilement 18° en été, les coups de soleil sont assez rares…
Edimbourg et Glasgow peuvent se visiter en hiver, cependant, il est préférable de privilégier les mois d’été pour se rendre en Ecosse. (Mai à Septembre).
Mais si le ski est votre première motivation, les hautes-terres vous accueilleront dès 1000 mètres d’altitude.

Que voir et que faire en Ecosse

En principe ce n’est pas le but de cette description que de mettre en exergue un aspect rebutant de tel ou tel pays. Pourtant les personnes sensibles aux piqûres d’insectes doivent savoir qu’il existe en Ecosse une redoutable petite peste nommée “Midge”. Si vous n’êtes pas pécheur, elle n’offre pas d’autre attrait qu’une redoutable voracité et la particularité de se déplacer en nombre effarant. Pour couronner le tout, aucun répulsif classique ne semble l’incommoder. Les seules parades sont de se déguiser en apiculteur dans les endroits qu’elle hante. Les lochs sont un terrain de prédilection pour ce charmant animal qui choisit évidemment les plus fortes périodes touristiques pour bâfrer gaillardement du touriste distrait ou non-averti. Elle n’aime cependant pas le froid, ni le vent… comme les touristes. Par contre, elle n’aime pas non plus le soleil que le touriste affectionne… Mais hélas, le soleil est plus rare que ces horreurs. Les campeurs devront choisir leur moustiquaire en tenant compte de la toute petite taille de l’importun: 2mm de long pour 1,4mm d’envergure. Il n’est pas rare d’être propulsé hors de sa tente dès potron-minet par une horde vrombissante. Et pour peu que vous embarquiez quelques passagères indésirables lors d’un enfilage de caleçon acrobatique… Vous danserez alors une gigue endiablée!

Renseignez-vous auprès des pharmacies locales pour connaître le répulsif le plus efficace. Et les pharmacies ne sont pas dans les pubs! Inutile de prétendre que le whisky écossais est une panacée. Même en friction!!!

Bon, on en termine avec les “désagréabletés”.

Terre de légendes, associée à un imaginaire nourri d’un bestiaire fantastique, peuplée depuis l’Antiquité d’hommes rudes, forgés d’une terre balayée de vent et caressée de bruines, aux côtes escarpées de vagues grondeuses, l’Ecosse se livre sous un ciel de nuages courroucés dont l’ombre court sur la terre avant de gravir les montagnes.

Attachée à l’Angleterre au sud, toutes les autres côtes de l’Ecosse sont ciselées par la mer du Nord, la mer d’Irlande et l’océan Atlantique. Riche de 800 îles dont les trois groupes les plus connus sont les Shetlands, les Orcades, et les Hébrides, l’Ecosse s’est attachée à préserver son identité culturelle à défaut d’autonomie politique.

Bien que d’altitude relativement modeste, une grande partie de l’Ecosse est montagneuse. Les plus hauts sommets sont le Ben Nevis (1343 m) et le Ben Macdhui (1309 m) dans les Monts Grampians. (Le nom de cette chaîne de montagne a été donné également à une autre région montagneuse d’Australie dans l’état de Victoria).

L’ascension du Ben Nevis demande une condition physique certaine. Près de 8 heures sont nécessaires pour faire l’aller-retour sur des pentes raides qui vous récompenseront d’une vue extraordinaire… si les nuages se montrent cléments et si les températures négatives ne malmènent pas vos oreilles.
Les randonneurs parcoureront une nature sauvage où la flore et la faune côtoient le patrimoine historique. Ici, les lochs semblent n’avoir de raison d’être que de servir de miroirs aux montagnes et aux châteaux multi centenaires qui s’y contemplent.

Le Loch Ness se love dans la faille de Glen More qui coupe les Highlands. Sur la rive nord, les ruines d’Uhrquart – l’un des château les plus célèbre d’Ecosse – constituent une des attractions les plus prisées. Dévasté par une explosion en 1692, ses vestiges montent la garde sur le secret du Loch millénaire.

Au nord-ouest de Glasgow, un autre lac, dont le nom ne sera pas sans évocation, s’étend de part et d’autre de la “Highland Boundary fault”, frontière naturelle séparant les Highlands des Lowlands. Les randonneurs y croiseront le “West Highland Way” qui est le circuit le plus usité d’Ecosse. Toute la région ceignant le Loch Lomond et le Ben Lomond est devenue le premier Parc National écossais.

Les villes ne sont pas en reste! A une heure de route l’une de l’autre, Edimbourg et Glasgow vibrent intensément.

Edimbourg:

C’est au choix!!! Festival de jazz et de blues d’Édimbourg, Festival ‘Fringe’ . Plus de 1 000 spectacles quotidiens de théâtre, de musique et de comédie font de ce dernier le plus grand festival du monde.
Les multiples sites historiques combleront les amateurs d’une histoire agitée et souvent tragique. Le château d’Edimbourg, le palais de Holyroodhouse, aujourd’hui résidence de la reine en Ecosse, dont le parc est un havre campagnard de 263 hectares, le nouveau Parlement Ecossais ou bien encore le Writer’s Museum consacré à Robert Burns, Robert Louis Stevenson et Sir Walter Scott. Maker’s Court immortalise la littérature écossaise: sur ses dalles sont gravées les citations littéraires des plus célèbres auteurs écossais.

L’histoire de la boisson nationale vous sera contée par le Scotch Whisky Heritage Centre.

Les férus de légendes et de fantômes descendront le Royal Mile. Ils pourront visiter, guidés par l’un des personnage historique d’Edimbourg, Mary King’s Close. Vestige de plusieurs ruelles, on raconte que les âmes des victimes de la peste de 1644 continuent de hanter la ville… Les claustrophobes opteront pour le “ghost tour” de jour ou de nuit selon leur courage. Surprises assurées!

Glasgow :

L’éternelle rivale d’Edimbourg est beaucoup plus écossaise. Elle possède, entre autres particularités, l’un des plus ancien métro du monde après ceux de Londres et Budapest. Il ne compte qu’une seule ligne circulaire et est appelé… “Clockword Orange”!

La cathédrale gothique St Mungo est la seule survivante continentale de la réforme de 1560. Construite sur un site sacré, elle marque le lieu de naissance de la ville.

Le Musée Hunterian ( consacré à la collection amassée par le célèbre anatomiste du XVIIe siècle Sir William Hunter ), le St Mungo Museum of Religions et l’impressionnante collection réunie par Sir William Burrel pendant ses périples autour du monde constitueront autant d’étapes culturelles enrichissantes.

En août, ne manquez sous aucun prétexte l’étonnant concours de cornemuse, le “World Pipe Band Championship”, célèbre compétition regroupant les plus grands groupes du monde.

Ne vous privez pas d’utiliser la ligne de chemin de fer partant de Glasgow vers les Highlands de l’Ouest. Le paysage traversé comblera de promesses les orteils des amateurs de marche. Les autres, peu désireux de les martyriser, s’empliront les yeux sans fatigue…

Tellement à dire encore. Rendre justice à l’Ecosse ne peut l’être fait que par un écossais. Point ne le suis. Aussi concluerais-je sur un conseil: porter le kilt ne s’improvise pas! Les courants d’air, retors et sournois, vous feront regretter les culottes bavaroises, qui elles, n’enrhument que les genoux…

L’Ecosse en pratique

– Capitale: Edimbourg
– Population: 5 062 011 habitants. (2008)
– Superficie: 79 782 km2
– Politique: Nation Constituante du Royaume-Uni
– Langue officielle: Anglais, Ecossais, Scots.
– Monnaie: Livre Sterling (1 £ =1,258 €)

Ambassade de Grande-Bretagne
?35, rue du Faubourg St Honoré, 75383 Paris cedex 08
?Tél. : 01 44 51 31 00?Fax : 01 44 51 41 27
Site web: http://www.britishembassy.gov.uk/france

Répondre