Laos



Quand partir au Laos

S’étendant sur une superficie de 236 800 km², le Laos est l’un des pays de la région indochinoise qui n’a pas accès à la mer. Cela n’empêche pourtant pas la population de vivre de l’agriculture et des autres bienfaits apportés par le Mékong. En revanche, comme tous les pays de cette région, il bénéficie d’un climat rythmé par le régime des moussons où deux saisons bien distinctes se succèdent au cours de l’année : une saison humide avec des pluies abondantes qui s’étend du mois de mai jusqu’au mois d’octobre et une saison sèche qui dure le reste de l’année. Durant la saison des pluies, la répartition des précipitations varie selon les régions et pendant la saison sèche, les températures peuvent descendre jusqu’à 0°C sur certaines hauteurs. Pour le reste du pays, la température moyenne tourne autour de 15°C et elle peut monter jusqu’à 36°C en été. Par conséquent, il est préférable de venir visiter Laos à partir du mois de novembre jusqu’au mois de février, étant donné qu’à cette période-là, les températures ne sont pas trop élevées et surtout qu’on n’aura pas à affronter un temps pluvieux.

Que voir et que faire au Laos

Le Laos fait partie de ces pays où la flore et la faune ont été conservées dans des états quasi-primaires. Elles constituent d’ailleurs l’une des richesses du pays et en attirant les visiteurs, elles sont également source de développement économique et touristique. Parmi les espèces animales endémiques de cette région, on peut citer le raton laveur, le gibbon noir, le petit panda ou encore le cobra royal très craint à cause de son grand pouvoir venimeux. Mais, ce pays est surtout connu pour ses nombreux éléphants que l’on peut observer librement dans un milieu à l’état sauvage. En ce qui concerne les plantes, le Laos est réputé pour ses orchidées mais également pour sa grande variété d’arbres fruitiers et d’autres plantes rares. À cause de son passé politique, ce pays a longtemps été fermé au monde extérieur, c’est ce qui explique l’absence d’infrastructures touristiques exploitables. Il est cependant possible de pratiquer une grande variété d’activités grâce à la géographie et à la géologie particulière du territoire : du rafting, du kayak ou encore du canoë grâce aux fleuves et aux chutes d’eau réparties un peu partout dans le pays. Pour les découvertes, la première ville à voir est Ventiane, la capitale qui est loin de ressembler à celles des autres pays. Divisée entre son patrimoine historique et la modernité, les trésors culturels y sont nombreux et il ne faut surtout pas manquer de voir le Pha That Luang, l’un des monuments nationaux du pays, ou encore son musée, le Wat Pha Kaew. Après Ventiane, Luang Prabang avec ses temples, ses grottes et ses chutes d’eau vous transporteront littéralement dans un autre monde. Après, la plaine des Jarres, la piste Ho Chi Minh et le plateau des Bolaven méritent également d’être explorés, mais avec un guide touristique pour plus de sécurité. Les habitants du Laos ont une culture très influencée par celles des pays avoisinants comme le Vietnam et la Thaïlande. Cela se fait surtout ressentir dans les spécialités culinaires et dans toutes les formes d’art que vous rencontrerez à Laos.

Le Laos en pratique

A cause de l’inflation subie par le Kip, la monnaie locale, les devises possèdent un pouvoir d’achat très élevé. Pour se loger au Laos, il faut compter 5€ pour les petits hôtels et 30€ à 60€ pour les chambres de grand standing. Pour ce qui est de la nourriture, il faut prévoir entre 1€ et environ 10€ pour pouvoir goûter à toutes les spécialités locales, de la plus simple à la plus raffinée. Par conséquent, si vous pensez faire un séjour dans ce pays, il vous faudra prévoir un budget journalier d’environ 20€ par jour et par personne, pour votre hébergement, nourriture et autres frais.

Le Laos est malheureusement sujet à de nombreuses maladies comme la dengue, le paludisme et plus récemment la grippe aviaire. Il est donc fortement conseillé de se faire vacciner avant de partir pour le Laos et une fois sur place quelques précautions sont à prendre. Éviter de consommer des aliments non cuits ou très peu cuits et spécialement les volailles se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon éviter de boire de l’eau provenant du robinet et préférer les eaux minérales mises en bouteilles ou à défaut une eau filtrée bien bouillie. L’autre fléau qui touche ce petit paradis est la violence qui sévit dans plusieurs de ses régions. Malgré les efforts déployés par le gouvernement, un climat d’insécurité règne dans ce pays et il est préférable pour les ressortissants étrangers de se faire connaître auprès de leurs ambassades respectives dès leur arrivée sur le territoire. Il faut également être prudent lors des visites des sites touristiques à cause des vols perpétrés par les picks-pockets de plus en plus nombreux.

Concernant l’entrée sur le territoire, elle peut se faire par les aéroports internationaux de Ventiane, de Louang Prabang et de Paksé à Champassak. Il n’existe malheureusement pas de vols internationaux directs, ainsi, il faut toujours passer par Bangkok. Bien que ces vols soient nombreux, ils sont presque toujours pleins et il est préférable de réserver son billet bien à l’avance. Quant aux vols intérieurs, ils sont assurés par la compagnie Lao Airlines et relient les principales villes du pays. Les infrastructures routières sont quasi-inexistantes au profit de la circulation fluviale qui reste le meilleur moyen pour couvrir les courtes distances. Le transport n’est pas très sécuritaire au Laos car les accidents sont fréquents, c’est pourquoi il est fortement conseillé de souscrire une police d’assurance et surtout de rester prudent. Ce petit conseil concerne tous les moyens de transport empruntés dans ce pays.

Répondre